Le saviez-vous ? L’Ile-de-France est traversée par le Chemin de Compostelle.

Compostelle à Saint-Denis et à Paris :  Pendant des siècles, les pèlerins venant du Nord ou de l’Est de l’Europe, scandinaves, polonais, allemands, anglais, hollandais, belges, flamands et picards passaient par Saint-Denis, entraient dans Paris, puis continuaient vers le sud et le sud-ouest en direction de Tours, Poitiers, et Bordeaux, les Landes et enfin les Pyrénées vers l’Espagne. 

De Paris à Saint-Jacques de Compostelle, le “Grand chemin chaussé” : 1 740 km

Le parcours et les traces du Chemin de Compostelle :

Les noms des rues ou des églises, les monuments sont autant de témoins de l’existence du Chemin de Compostelle en Ile-de-France. 

Au bord du canal Saint-Denis (19ème) à La Villette, s’élève l’église Saint-Jacques-Saint-Christophe qui remplace une autre église plus ancienne, où les pèlerins s’arrêtaient ou faisaient étape.

La Tour Saint-Jacques, ancien clocher de l’église Saint-Jacques de la Boucherie, était le point de départ ou de ralliement des pèlerins.

L’oratoire Saint-Jacques qui marquait l’entrée de la rue Saint-Jacques n’existe plus, mais l’église Saint-Séverin contient une chapelle où la croisée d’ogives représente tous les symboles jacquaires.

Toujours rue Saint-Jacques un refend exposé au sud comporte un magnifique cadran solaire en forme de coquille, dessiné par Salvador Dali. Il faut penser à se retourner…

Aux abords de la même rue, l’Hôtel de Cluny foisonne en coquilles témoignant de la dévotion de son bâtisseur, Jacques d’Amboise, pour son saint patron..

Vous pouvez retrouver le tracé du Chemin dans Paris :
de Sarcelles à la Tour Saint-Jacques
de la Tour Saint-Jacques à Massy

Le balisage à l’aide de clous en bronze à Paris : 

S’inspirant de nombreux exemples en France et à l’étranger, l’association Compostelle 2000 milite depuis de nombreuses années pour que la Ville de Paris matérialise le Chemin de Compostelle, qui traverse la région, à l’aide de marques ou clous en bronze.

Des villes d’importance comme Tours, Bordeaux, Montpellier, Limoges et Périgueux sont déjà équipées. De même pour Bruxelles en Belgique et Aix-la-Chapelle en Allemagne, et pour de nombreuses villes d’Espagne.

Ces pièces de bronze sont pour la plupart décorées du symbole européen des Chemins de Saint-Jacques, une coquille très stylisée indiquant la direction à prendre.

Les réalisations en Ile-de-France

Beaucoup de municipalités en Ile-de-France ont matérialisé le tracé du Chemin de Compostelle avec des clous-coquilles et ce, en étroite liaison avec Compostelle 2000.
Le premier clou-coquille, en Ile-de-France, a été posé en 2012 à Massy devant l’office du tourisme. En 2016, la ville de Massy en a fait poser une vingtaine, puis Gif-sur-Yvette, Verrières-le-Buisson.
Les années suivantes, plusieurs villes ont emboité le pas : Igny, Vauhallan, Sarcelles, Arpajon, St Germain-les-Arpajon, Egly, Rambouillet, Etampes et Saulx-les-Chartreux.

Et Paris ?

Pour Paris, jusqu’en 2020, seul le Parc de La Villette disposait d’une vingtaine de clous-coquilles mis en place en 2017.
En 2018, un premier espoir se faisait jour avec la déclaration de Mme la Maire du Vème arrondissement de vouloir installer des clous-coquilles le long de la rue Saint-Jacques.
En 2019, une nouvelle participation au budget participatif voyait enfin aboutir notre dossier pour le XIVème arrondissement.
Enfin début 2020, 69 clous-coquilles ont commencé à apparaître le long de la rue du Petit-Pont et de la rue Saint-Jacques.

De proche en proche, le rêve devient réalité…

Historique des actions engagées :

Outre les démarches auprès des pouvoirs publics et des différentes municipalités traversées par l’itinéraire du Chemin de Compostelle dans Paris, deux grandes marches de sensibilisation des pouvoirs publics ont été réalisées le 12 décembre 2010 et le 26 novembre 2011.

mattis Donec id, porta. mattis eleifend elit. in ultricies consectetur